Le matin, vous pouvez aller faire quelques pas suivis de quelques étirements en vous visualisant sur la ligne de départ.

L’heure du dernier repas dépend de l’heure de départ. Le petit déjeuner sera hyperprotidique et hyperglucidique mais sans excès. Limitez le thé (diurétique) et évitez les agrumes.

Ceux qui courent l’après midi pourront profiter d’un déjeuner qui doit être avant tout digeste. Ne vous gavez pas de pâtes (les stocks sont normalement déjà constitués). Un en cas est possible jusqu’à 2H avant le départ. Vous pouvez également prendre une petite part d’un gâteau réservé à l’effort et que vous aurez déjà testé. Continuez à vous hydrater régulièrement par petites quantités.

Si vous partez en fin d’après-midi, faites une sieste ou bien restez allongé avec les jambes légèrement surélevées. Détendez-vous (musique, lecture).

Votre sac est près et votre dossard épinglé. Vous connaissez votre plan de course et vous avez préparé vos rations alimentaires en conséquence. Vérifiez une dernière fois l’autonomie de vos appareils. Faites quelques foulées avec votre sac ou ceinture pour vérifier le maintien.

N’oubliez pas de vous passer de la pommade anti-frottements si besoin, sans oublier les zones d’appui du sac (ou protection adhésive).

Ne piétinez pas trop sur le village en attendant le départ ou la navette. Installez-vous à l’ombre avec une bouteille d’eau et commencez à vous relâcher. Pensez à tout l’entraînement effectué et soyez confiant en vos capacités. Si vous prenez une navette, ne vous mettez pas en retard. Inutile d’ajouter du stress supplémentaire.

Pendant la course, ne vous attardez pas trop aux ravitaillements. Prenez le temps de mâcher et fractionnez vos rations. Variez les apports (solide, liquide, salé, sucré). Pensez à l’organisation de votre ravitaillement 5 minutes avant d’y arriver.

Bonne course.

Caroline Guidoni

Coach FFA

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire